Cotignac, un village atypique !

 

Cotignac est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants s'appellent les Cotignacéens.

Le vieux village possède plusieurs monuments inscrits aux monuments historiques et a presque doublé le nombre de ses habitants dans les quarante dernières années, et possède aussi un artisanat très actif. C'est un lieu de pèlerinage catholique.

Cotignac se blottit au pied d’un immense rocher de tuf de 400 mètres de long sur 80 mètres de haut, qui abrite des habitations troglodytiques.Au cours des siècles, ces grottes ont connu divers usages.

A l’ère quaternaire, la rivière La Cassole, coulait par dessus le rocher. Le village actuel n’était alors que la base de cette immense chute d’eau. Depuis les années 1000 et ce jusqu’au XIXème siècle, cette rivière a été détournée et passe à présent à l’est du village et se jette dans l’Argens. C’est donc les chutes de cette eau qui ont formé toutes les anfractuosités, les stalactites et les stalagmites.Il est difficile d’assigner une date précise à l’origine de Cotignac.

Néanmoins, on sait qu’un premier village, dont on date une présence dès l’époque féodale, était installé au sommet de cette barre rocheuse, au lieu-dit «Saint-Martin », hameau qui existe encore aujourd’hui. Au cours des invasions sarrasines, même si elles n’ont pas été fréquentes à Cotignac, le village est descendu pour venir se blottir au pied de ce rocher, barrière naturelle infranchissable. C’est ainsi qu’à partir des années 1000, un deuxième village s’est installé et en 1032, un premier château a été construit à proximité. On ne peut dénombrer la population de l’époque. On sait seulement qu’en 1266, le nombre d’habitants était devenu assez important pour construire l’Eglise Saint-Pierre, l’église actuelle.Ce rocher, avec ses habitations troglodytiques, servaient alors de cachette pour les habitants, leurs troupeaux et leurs vivres pendant les périodes d’invasions. Il aurait existé d’ailleurs une grotte assez grande pour contenir tous les habitants et leurs troupeaux quand il fallait se cacher. Il reste encore des vestiges des travaux effectués par l’Homme afin d’aménager ces espaces : creusement du tuf, chaux sur les murs pour éviter l’humidité, construction de terrasses, de foyers, de potagers, d’escaliers…

D’autres cavités, au pied du rocher, servaient également d’abris pour les animaux : loges à cochons, à foin… et l’on peut voir encore des morceaux de mangeoires, de râteliers, de pigeonniers… Par ailleurs, le rocher fut également, et ce jusqu’à la fin du XIX ème siècle, une carrière très active. Pour construire le village actuel, on creusait la roche pour en extraire des pierres et on comblait des caves avec les gravats qui ne servaient plus. Le nombre de cavités a donc évolué au cours du temps, selon les usages que l’on en faisait. A partir du XIVème siècle, une vie et une activité économique se sont développées autour de ce rocher. L’hospice de la charité a été installé ici en 1314, puis des moulins à farine accolés au rocher, fonctionnaient grâce à l’eau de la Cassole. Aujourd’hui, le Rocher est le symbole de Cotignac et de son histoire.

 

Localisation du village

 

 

Entrée du village, sous mes pieds le pont passant au dessus de la rivière La Cassole

 

La Cassole

De 17,5 km de longueur, la Cassole prend naissance sur le flan est du Gros Bessillon (813 m), à 735 m d'altitude, sur la commune de Pontevès.

La Cassole reçoit sur sa rive gauche un petit affluent et avant son entrée dans Cotignac l'apport de la Source Saint-Martin. Elle a formé au-dessus de Cotignac un barrage de travertin impressionnant. Le village est niché au pied de ce rocher. En 1776 une crue en amont du rocher a envahi le village et causé la mort de deux personnes. Un mur-digue a alors été construit pour canaliser l'eau vers l'extrémité ouest du rocher où la rivière s'écoule en deux cascades appelées les trompines. Elle contourne le village dans un lit très encaissé (Le vallon gai). Elle a parcouru alors la moitié de son cours. Aucune crue notable n'a été enregistrée depuis celle citée ci-dessus.

Elle se jette dans l'Argens à la hauteur du village de Carcès, à 117 m d'altitude.

Les crues récentes enregistrées dans le Var en juin 2010, novembre 2011 et janvier 2014 ont vu son niveau s'élever de deux mètres sans que le cours d'eau sorte de son lit mineur.

 

Un coin paisible

 

----------------------

La Cassole

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

 

Cotignac

 

Le lavoir

 

----------------------

 

----------------------

La place

 

----------------------

 

----------------------

Eglise paroissiale de l'Annonciation

Cette église, de style roman, a été bâtie en 1266. Elle ne mesurait alors que 196 m². Seuls les nobles pouvaient s’asseoir, le peuple restait debout, à l’arrière. Au cours des siècles, notamment au XVIIème, elle a été agrandie, et mesure aujourd’hui 808 m².

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

Monument aux morts

 

----------------------

 

----------------------

 

 

Les maisons troglodytiques

Il y a 80 000 ans, la Cassole (rivière actuellement détournée) franchissait en cascade la falaise, construisant sans cesse calcaire et concrétions. Les dépôts de tuf enrobèrent peu à peu l'escarpement, l'érosion créait fissures, grottes, l'eau stalactites et stalagmites. C'est à l'intérieur de cette falaise, longue de 400 m que les premiers habitants ont pris l'habitude de stocker leurs provisions afin de les protéger des pilleurs. C'est ainsi qu'un premier château féodal fut construit au VIII° siècle et habité jusqu'au XV° siècle. On aperçoit encore quelques vertiges de rempart. Cotignac dépendait d'une maison de ce nom, qui s'éteignit vers la fin du XIII° siècle. Il ne resta qu'une fille qui épousa Raimbaud de Simiane, seigneur d'Apt, auquel elle porta en dot la terre de Cotignac et celle de Carcès. Mais n'ayant pas eu d'enfant de ce mariage, elle donna ces deux fiefs à Fouques de Ponteves, dont les descendants les ont possédés longtemps.

 

C'est impressionnant à voir !

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

Maison troglodytique

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

Tout dans la verticalité !

 

----------------------

Au dessus de la falaise, les tours de Castellane veillent

 

----------------------

Creusement naturel

 

----------------------

 

----------------------

Original le garage !

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

Une vue bien sympathique !

 

----------------------

Belle maison incrustée dans la falaise

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

 

----------------------

Première Poste en 1703 !

 

----------------------

A l'intérieur

 

----------------------

L'autre tour

 

 

3 votes. Moyenne 2.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Haut de page

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×